Shame : Michael Fassbender est accro au sexe et nous à lui...

Publié le par Jacoby2

shamesubwaye13228203631.jpg

 

Avec Shame, le réalisateur anglais Steve McQueen signe sa deuxième réalisation après le très remarqué Hunger sorti en 2008 où Michael Fassbender tenait déjà le rôle principal.

 

Le film aborde de manière très frontale la question d'une addiction sexuelle, celle de Brandon, trentenaire new-yorkais, vivant seul et travaillant beaucoup. Quand sa sœur Sissy arrive sans prévenir à New York et s'installe dans son appartement, Brandon aura de plus en plus de mal à dissimuler sa vraie vie...

Dès les premières minutes, nous découvrons cet homme, dans son intimité (et dans le plus simple des appareils) : le ton est donnée, aucune pudicité ici.

Brandon est un addict au sexe, en d'autres termes, il ne peut pas se passer de celui-ci : il s'envoie en l'air tous les soirs avec une fille différente, il regarde des films pornos, il drague,...

Brandon vit sa vie comme il le souhaite jusqu'à l'arrivée de sa soeur Sissy, une jeune chanteuse, qui vient bouleverser son équilibre. En effet, celle-ci lui demande si elle peut rester quelques jours. Il va avoir du mal à garder une certaine intimité et son addiction risque d'être découverte. Il a de plus en plus de mal à vivre de cette façon et tente de faire partir sa soeur. Dans une certaine mesure, on pourrait parler de Sissy comme d'un reflet de sa propre vie. Elle est dépendante affectivement et a besoin d'amour (la scène où elle téléphone a son ex petit ami pour lui dire de revenir en est la preuve) et cherche alors cet amour auprès de Brandon qui n'est quant à lui pas conscient de cela.

 

1hb4puju.jpg

 

Avec son nouveau film, McQueen montre qu'un sujet délicat, l'addiction au sexe, peut-être montrer sans sombrer dans la vulgarité.

 

Michael Fassbender, l'un des acteurs qui a marqué 2011 de son empreinte (Prix d'Interprétation Masculine à la Mostra de Venise pour son rôle), incarne Brandon, un personnage tiraillé par son addiction et sa perpétuelle envie de sexe. L'acteur lui donne une dimension incroyable et est tout simplement impressionnant dans ce rôle. Face à lui, Carey Mulligan qui incarne sa soeur Sissy, elle incarne un personnage qui peut-être innocent ou bien décidée et par la même occasion colérique. Elle nous offre également une belle reprise de New York, New York de Franck Sinatra (link). James Badge Dale prête ses traits à David, le patron et ami de Brendan. Il est comme à son habitude excellent et son rôle est intéressant. Nicole Beharie incarne Marianne, une collègue de Brendon, qui va montrer que l'addiction de celui-ci est pesante : quand ce dernier décide d'avoir une relation avec elle, il n'y parvient pas. Le casting est également composé de Lucy Walters et Elizabeth Masucci.

 

Shame se montre comme le portrait d'un homme souffrant et torturé par son addiction. Jamais le film ne tombe dans la vulgarité et les scènes de sexe sont loin d'être de la pornographie mais au fur et à mesure que l'histoire avance, on ressent une certaine gêne lors de ces scènes car on s'attache à ce personnage et on espère qu'il s'en sortira, le spectateur se sent comme voyeur. Steve McQueen nous offre un film magnifique porté par un Michael Fassbender époustouflant et une fin qui laissera à réfléchir et qui ne manquera pas de vous faire débattre sur son sens...(Ma note : 17,5/20)

 

Publié dans Drame

Commenter cet article