Drive : Le nouveau bijou de Nicolas Winding Refn emmené par un Ryan Gosling magnétique...

Publié le par Jacoby2

ikh70xcd.jpg

 

"Vous me donnez une heure et un lieu. Je vous donne un créneau de 5 minutes. Pendant ces 5 minutes, je ne vous lâche pas. Quiqu'il arrive. J'interviens pas pendant le braquage. Je ne porte pas d'arme. Je conduis."

 

Voilà l'idée de départ du nouveau film du réalisateur danois Nicolas Winding Refn. Mais derrière ça, il y a une histoire beaucoup plus complexe : Un jeune homme solitaire, "The Driver", conduit le jour à Hollywood pour le cinéma en tant que cascadeur et la nuit pour des truands. Ultra professionnel et peu bavard, il a son propre code de conduite. Jamais il n’a pris part aux crimes de ses employeurs autrement qu’en conduisant - et au volant, il est le meilleur !
Shannon, le manager qui lui décroche tous ses contrats, propose à Bernie Rose, un malfrat notoire, d’investir dans un véhicule pour que son poulain puisse affronter les circuits de stock-car professionnels. Celui-ci accepte mais impose son associé, Nino, dans le projet.
C’est alors que la route du pilote croise celle d’Irene et de son jeune fils. Pour la première fois de sa vie, il n’est plus seul.
Lorsque le mari d’Irene sort de prison et se retrouve enrôlé de force dans un braquage pour s’acquitter d’une dette, il décide pourtant de lui venir en aide. L’expédition tourne mal…
Doublé par ses commanditaires, et obsédé par les risques qui pèsent sur Irene, il n’a dès lors pas d’autre alternative que de les traquer un à un…

 

Dès les premières minutes, le spectateur est happé par le film et le magnétisme que dégage Ryan Gosling. Le film débute sur une scène de braquage où le héros doit conduire deux malfrats. Il est pris en chasse par la police mais arrive à les semer astucieusement en se fondant dans la masse. S'ensuit un générique magique qui nous plonge dans les rues de Los Angeles la nuit le tout sous fond de Nightcall de Kavinsky (link)

Nous suivons ensuite le Driver dans sa vie, cascadeur le jour pour Hollywood et travaillant dans un garage avec son ami Shannon et conduisant pour des malfrats la nuit. Mais sa vie va basculer el jour où il va rencontrer Irene, sa voisine. Il va tomber amoureux de celle-ci mais son mari va sortir de prison. Très vite, il va découvrir que celui-ci s'est attiré des ennuis en prison qui le suivent en-dehors. Il va alors lui proposer de l'aider pour qu'ensuite lui et Irene soit tranquille. Mais tout va mal tourner et Standard va être tué. Le Driver va réussir à prendre la fuite et une chasse à l'homme va alors commencer...

Le film excelle bien évidemment par sa mise en scène (logiquement récompensé cette année à Cannes) d'une beauté rare mais aussi pour l'ambiance qui entoure ce film. La BO, composée par Cliff Martinez, nous envoûte. Le morceau A Real Hero de College feat Electric Youth accompagne magnifiquement les images et est en accord avec celles-ci.

C'est dans la seconde partie du film, que la "NWR Touch" s'exprime pleinement et le film s'emballe alors, alternement scènes violentes et nervosité : le film prend une toute autre envergure.

 

0zpvxhzm.jpg

 

Nicolas Winding Refn réalise ici son premier film aux Etats-Unis après la trilogie Pusher ou encore Bronson. Il a su s'entourer d'un casting talentueux et ce film n'est que la première collaboration entre le Danois et son Driver (ils vont se retrouver pour Only God Forgives et L'Age de Cristal).

 

Ryan Gosling endosse le rôle du Driver, ce personnage mystérieux et fascinant. Il lui apporte un charisme et un aura incroyable malgré le fait qu'il est peu de réplique mais il a une présence face à la caméra qui vaut tous les mots du monde. Face à lui, on retrouve la talentueuse Carey Mulligan qui monte à Hollywood. Elle incarne un personnage fragile et touchant. Le duo qu'elle forme avec Ryan Golsing fonctionne à merveille. Le reste du casting est complété par Bryan Cranston qui explose depuis quelques années et il campe ici Shannon, le patron et ami du héros. Ron Perlman interprète Nino, un mafieux prêt à tout pour protéger son business. Albert Brooks prête ses traits à Bernie Rose, un homme véreux et peu scupuleux. On retrouve également Oscar Isaac qui incarne Standard, le mari d'Irene et Christina Hendricks qui prête ses traits à Blanche, une criminelle qui va croiser la route du Driver et participer à un des braquages.

 

Nicolas Winding Refn nous offre un film d'une dimension incroyable et offre à Ryan Golsing un grand rôle. Tout dans ce long-métrage tend vers le grand film; les acteurs, le scénario, la BO et la mise en scène subliment cette oeuvre qui nous donne envie de découvrir cette homme, cette Européen qui est venu se frotter au plus grand et de quelle manière ! (Ma note : 19/20)

 

Publié dans Action

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article